Signe de reconnaissance ou "stroke"

Signe de reconnaissance
Signe de reconnaissance
L’amour remplit la tête de chacun : soit nous le vivons au quotidien, soit nous n’en avons pas assez, soit pas du tout. De toute façon, il conduit notre vie et nous le recevons, entre autre, à travers les signes de reconnaissance.
Eric Berne, le créateur de l’Analyse Transactionnelle, a mis en évidence l’unité de reconnaissance humaine, véritable atome d’amour : le « stroke » (frapper, caresser, toucher)
Nous avons tous un besoin vital de ces signes au même titre que l’air et le sommeil. Si nous en manquons, nous pouvons mourir. Ils peuvent être verbaux, non-verbaux (ton de voix) ils peuvent être positifs (félicitations, compliments, sourires, caresses) ou négatifs (critiques, insultes, coups).
Et parce que c’est vital pour chacun de nous, une personne qui ne reçoit pas de signes de reconnaissances positifs, en provoquera des négatifs. C’est vrai pour les enfants et les adolescents qui préfèrent se faire gronder ou punir sévèrement, plutôt qu’être ignorés. C’est vrai aussi pour les adultes qui provoqueront des disputes, à l’extérieur et aussi dans leur couple.
On considère quatre catégories de signe de reconnaissance ou « stroke » :
Inconditionnel positif
Inconditionnel positif
  • Inconditionnel positif (être) : tu es magnifique… superbe… intelligent… efficace. A exprimer à la seule condition qu’il soit sincère.
  • Conditionnel positif (faire) : ton dossier était très réussi, cette robe te va très bien. La même sincérité est indispensable.
  • Inconditionnel négatif (être) : t’es stupide, tu ne penses qu’à toi.
  • Conditionnels négatifs (faire) : quand tu dis ça, tu es stupide. Ce n’est pas toi qui est stupide c’est ce que tu dis à ce moment-là. Apprenez à recevoir ces stokes car ils vous permettent d’avancer.
  • 
Stroke conditionnel
Il est bien sûr assorti d’une condition et est lié à un comportement, une action. Si nous changeons nos comportements, il peut nous être retiré. Ces « strokes » positifs motivent et permettent aux personnes qui les reçoivent d’adapter leurs comportements à vos attentes.
Vous pouvez ainsi signifier les comportements que vous acceptez et vos limites ; en revanche, ils ont l’inconvénient de rendre la personne qui les reçoit dépendante.
Stroke inconditionnel
Les « strokes » inconditionnels sont liés à la personne dans son identité, sa valeur. Ils sont donnés sans condition. Les inconditionnels positifs sont source de joie, de motivation et de confiance en soi ; les inconditionnels négatifs sont dévastateurs pour celui qui les reçoit et le rendront destructeur pour lui comme pour les autres.
« Du jour où j’ai compris quels étaient les gens que j’exaspérais, j’avoue que j’ai tout fait pour les exaspérer. Ce qu’on m’accusait d’être, assez injustement, égoïste et cynique, ou prudent et moqueur, puissé-je le devenir afin que mes ennemis, voyant la différence, en restent confondus «
Cette réflexion de Sacha Guitry illustre bien le mécanisme par lequel on entre dans les comportements destructeurs et autodestructeurs pour se conformer à la vision qu’on nous renvoie de nous-mêmes, même si on la sait injuste.
Apprendre à recevoir
Apprendre à recevoir
Cinq règles à appliquer pour changer sa vie et celle des autres avec les signes de reconnaissance :
- Donner spontanément des « strokes ».
- Recevez simplement, avec le sourire et en remerciant les signes de reconnaissances positifs que l’on vous envoie.
- Osez demander ce dont vous avez besoin. Vous éviterez à terme de vous plaindre ou de vous mettre en colère, pour un motif décalé.
- Refusez les signes de reconnaissances dont vous ne voulez pas. Cette règle est la plus importante car non content de subir une critique ou plus, ces signes destructeurs mineront votre potentiel de motivation, de joie de vivre et de confiance en vous. Dites calmement et clairement que vous n’en voulez pas.
- Donnez-vous des signes de reconnaissance. Oui… osez penser du bien de vous, osez le dire. Il ne s’agit pas de se vanter éhontément mais d’exprimer librement des faits objectifs qui vous concernent.

N’oubliez pas qu’il faut 100 strokes conditionnels positifs pour compenser l’effet néfaste d’un seul « stroke » inconditionnel négatif.

Question de coach de vie :

De ces cinq règles, quelle est la plus difficile à appliquer ?

Quelle est la difficulté ?

Racontez-nous

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Coach de vie   -  15 ans expérience
Coach de vie - 15 ans expérience

 

Coach pro Certifiée, j'ai obtenu ma certification au Centre International du Coach.

Le Centre International du Coach garantit que les coachs adhérents à leur charte exercent dans un cadre déontologique répondant aux méthodes développées au Centre et certifiées ISO 9001:2000.

Ma déontologie se fonde sur la bienveillance, le respect, l'empathie et l'écoute. 

Je pratique un coaching pragmatique et direct. Vous fixez vos objectifs et c'est vous qui mesurez leur réussite à partir des critères que vous définissez.

Pour d'autres informations et articles, rendez-vous sur mon blog