ven.

07

oct.

2011

COMMENT DEPASSER VOS COLERES

La colère est un sentiment naturel de frustration qui traduit un déséquilibre entre ce que nous attendons et percevons de nous et ce que les autres transmettent de leur propre attente.

On a en effet furieusement tendance à vouloir que l’ensemble du monde nous ressemble .


C’est sur cet aspect que la colère se différencie fondamentalement de la tristesse (elle aussi traduction d’une frustration). Dans la tristesse, on est directement en contact avec le manque lui-même alors que la colère est une réaction à la cause de la frustration.

C’est pour cette raison que la colère est un sentiment mêlé de peur.

A la base la colère est le reflet de notre moi profond et si nous cherchons à comprendre le sens de ce déséquilibre, les colères seront beaucoup moins fréquentes et virulentes. Il est donc essentiel d’être vigilant pour parvenir à lâcher-prise.

Les colères ne disparaitront pas mais cette attention vous permettra d’être conscient, de réfléchir à qui vous êtes et ainsi, au fil du temps, à devenir vraiment « qui vous êtes ».

On parlera de colère saine seulement si vous cherchez à la dépasser pour avancer, sinon, et dans la majorité des cas, elle est malsaine, et nuisible pour vous et pour les autres.

La colère est souvent la réaction de celui des deux qui est le plus sensible, celui dont le psychisme est le plus fragile et qui ne trouve que ce moyen d’expression pour manifester sa  frustration.

Il s’agit donc, dans un premier temps d’être attentif, et de chercher à comprendre le sens profond du déséquilibre.

 

Dans un prochain article, je traiterai de l’assertivité c'est-à-dire d’une communication dans le respect de soi et de l’autre.

 

Ce type de communication vise à un échange basé sur le respect et non plus la domination.

Par expérience, je vois au quotidien les bienfaits de la communication assertive même entre des personnes colériques. La prise en compte de l’autre dans ce type d’échange fait tomber de moitié le besoin de domination et de peur et ainsi diminue d’autant le recours à la colère.

On distingue différentes origines de la colère :

· Une frustration : désir, attente, insatisfaction. L’autre me montre une partie de moi que je n’accepte pas (effet miroir) ou possède quelque chose que je n’ai pas et que j’aimerai avoir, même de façon inconsciente.

« Si tu vois quelqu’un agir bien, imite-le. Si tu vois quelqu’un agir mal, cherche en toi en quoi tu lui ressembles « Confucius

· Un frein à notre liberté d’action, de pensée, une contrainte.

· Une intrusion dans notre territoire : physique, matériel, affectif, intellectuel.

L’expression de nos émotions – y-compris la colère- est importante, mais elle n’est pas la seule et souvent pas la meilleure solution. Cela dépend des circonstances et aussi de ce que nous cherchons à obtenir. Le plus important est d’abord de ressentir puis d’identifier et enfin de respecter notre colère (cf « ressentir, respecter, exprimer vos émotions »).

Il est important d’exprimer pour expulser la colère, mais c’est surtout un signal d’alarme qui nous permet de comprendre qui on est et ainsi de dépasser ces colères.

Métaphore de la carte de fidélité

Nous éprouvons fréquemment la colère dans une journée : certaines éclatent, d’autres restent rentrées et viennent alimenter la métaphore de la carte de fidélité.

Une colère que l’on s’interdit ou qui est interdite donne droit à un « point colère » qui remplit progressivement une carte « colère ».

La fin de la carte ouvre droit à une colère « cadeau ».

Dommage pour celui ou celle qui donne le dernier point ; il devra affronter une colère totalement disproportionnée avec la situation et la culpabilité et la honte du coléreux lui fera immédiatement ouvrir une nouvelle carte.

Il ne faut jamais tarder à exprimer ses colères (cf « ressentir, respecter, exprimer vos émotions ») parce qu'elles consument de l’intérieur, comme toutes les pensées que nous ne libérons pas.

Si le danger à affronter apparaît supérieur à votre capacité à réagir, et AVANT d’exprimer une colère, posez-vous deux questions :

- L’évaluation du danger est-elle objective ? N’est-elle pas sur-évaluée ?

- Votre capacité à réagir n’est-elle pas sous-évaluée ?

Le processus peut paraître long mais avec la réelle volonté de mettre en pratique une réflexion avant l'explosion, vous verrez que tout ce fait très vite et en tout cas assez vite pour maitriser et au fil du temps comprendre et limiter naturellement le recours à la colère.

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • loading
Newsletter

Dès l'inscription, recevez l'autodiagnostic pour tester et découvrir votre mode habituel de communication. Attention ! vous risquez d'être surpris!!

Coach de vie   -  15 ans expérience
Coach de vie - 15 ans expérience

 

Coach pro Certifiée, j'ai obtenu ma certification au Centre International du Coach.

Le Centre International du Coach garantit que les coachs adhérents à leur charte exercent dans un cadre déontologique répondant aux méthodes développées au Centre et certifiées ISO 9001:2000.

Ma déontologie se fonde sur la bienveillance, le respect, l'empathie et l'écoute. 

Je pratique un coaching pragmatique et direct. Vous fixez vos objectifs et c'est vous qui mesurez leur réussite à partir des critères que vous définissez.

Pour d'autres informations et articles, rendez-vous sur mon blog